Le blog de Christophe Delaigue, prêtre à Grenoble : homélies, cinéma, lectures…

Comme un pèlerin d'Occident

Comme un pèlerin d'Occident

Terminant ce livre je me demande qu'en dire ? J'ai trouvé intéressant, je l'ai même quasi dévoré, tel un roman ou un bon récit – un témoignage qui m'a rejoint, même, à certains moments. Mais qu'en dire vraiment ?

J'ai lu ces pages après avoir parcouru un  petit article lié à une émission qui passait sur RCF, une interview du jeune auteur de ce récit. Et j'ai pensé à tel ou tel que j'accompagne ou que nous recevons au Pôle vocations du Service diocésain pour les Jeunes et qui ont une telle soif d'absolu et de radicalité qu'ils se sentent appelés à une vie monastique. Peut-être, d'ailleurs, mais justement, il faut discerner.

Thibault Autric était de ceux-là, visiblement, et l'est sans doute encore, pour une part. Une soif de radicalité, un vrai désir de Dieu. Mais aussi un sorte de rêve d'une vie monastique un peu fantasmée. Il se demande s'il n'est pas fait pour cette vie là. Alors le voilà parti, à 25 ans, pour un périple bien planifié qui s'étalera en gros sur une petite année universitaire : tout d'abord un mois chez les bénédictins de l'abbaye Ste Marie-Madeleine du Barroux, après quoi est programmée une expérience à la Grande Chartreuse – où il ne tiendra pas longtemps – avant de s'envoler pour le Mont-Athos puis pour la Terre Sainte. De tout cela il pensait revenir avec une certitude quant à sa vocation et au choix à poser. Il va surtout se heurter à lui-même et vivre fortement l'expérience du combat spirituel. Des moines rencontrés au fil des lieux vont l'aider à avancer au milieu de tout cela, et à rentrer. Pour vivre, tout simplement, et continuer à chercher Dieu et chercher à le suivre.

De retour de ce périple, notre jeune auteur, normalien, diplômé de Sciences-Po Paris et agrégé de philosophie – il ne cesse d'ailleurs de citer des auteurs tout au long de ces pages – enseigne pour l'heure la philosophie dans un lycée.

Quand même : ce qui est intéressant, c'est de le suivre dans ses questionnements, ses désidéalisations sur lui-même, la façon qu'il a de s'accrocher à ce qu'il voudrait être sa vocation, et pourtant combien il lâche prise malgré tout, non sans douleur, aidé par l'un ou l'autre qui l'éclairent et qui l'aident à telle ou telle prise de conscience spirituelle et sur lui-même qui le marqueront et qui permettront une suite du chemin. Pas inintéressant.

--------------

Thibault Autric, Comme un pèlerin d'Occident, Artège, février 2022, 195 pages, 16€90.

Comme un pèlerin d'Occident
Retour à l'accueil
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :