Le blog de Christophe Delaigue, prêtre à Grenoble : homélies, cinéma, lectures…

Goliath

 

Pierre Niney est excellent. Gilles Lellouche aussi, dans son style. Mais le film donne un peu le « bourdon »… Crise écologique et agronomique, monde des lobbies, questions de santé publique, silence ou parti-pris coupables des politiques…

Nous plongeons dans le monde des pesticides et des enjeux financiers qui vont avec. Une guerre sans merci. Des agriculteurs meurent, des enfants naissent avec des malformations, les cancers se développent. Et tout semble affaire de fric.

Gilles Lellouche est avocat et veut qu’une parole soit entendue, que justice soit rendue. Il va risquer sa vie, et celle de ses proches, il sera même lâché par des clients qui, eux, auront été achetés. Il dira avoir perdu la foi – en la justice ? – mais trouvé, pourtant, l’espérance…

Un film militant et assez terrible, où les faits et les chiffres nous sont envoyés de façon brute et brutale en pleine figure. Est-ce exagéré ? Il faut l’entendre en tout cas. Même si on le sait, en fait, pour une part, car ce n’est pas nouveau, on en entend parler depuis quelques années…

Un film qui dénonce ce monde dans lequel nous vivons, où l’argent semble avoir plus de prix que notre santé et nos vies. Et de ce point de vue là c’est réussi. Ça donne le « tournis » mais justement, c’est réussi… Et même si ça n’a pas tout à fait le rythme que le montage de la bande annonce semblait suggérer…

Un film de Frédéric Tellier. Inspiré de faits réels.

Retour à l'accueil
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :