Le blog de Christophe Delaigue, prêtre à Grenoble : homélies, cinéma, lectures…

Varsovie 83

 

Voilà un film poignant et intéressant. Assez terrible aussi quant à la la page d'histoire dans laquelle cela nous plonge. Mais c'est réussi : bien joué et bien filmé – pour qui n'est pas gêné de se retrouver dans des ambiances où on se croirait vraiment dans les années 80, cinématographiquement parlant, et pour qui ne sera pas rebuté par la longueur pour cause d'une certaine lenteur du film.

Nous sommes, comme le titre l'indique, à Varsovie, en 1983. C'est la dictature communiste. Et le combat de Solidarnosc. Une femme militante proche du mouvement et qui est dans le collimateur du autorités locales voit son fils être passé à tabac par la Milice citoyenne. Il a été embarqué avec son ami Jurek, qui sera le seul témoin – le seul vrai témoin direct. Et quel témoin, vu que Grzegorz va mourir des suites de ses blessures. Entre intimidations, manipulations de certains protagonistes de l’affaire ou de leurs proches, le régime va tout faire pour que la vérité soit transformée et éviter ainsi que le procès puisse se retourner contre les responsables politiques et militaires en place...

Tomasz Zieteck incarne magistralement le jeune Jurek, aux côtés de Sandra Kozeniak dans le rôle de Basia Sadowska, la mère de Grzegorz. On sort un peu sans voix de tout cela, sur la déclaration finale de cette femme présentée ici comme proche du P. Jerzy Popieluzsko (qui apparaît d'ailleurs à plusieurs reprises dans ce film).

Retour à l'accueil
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :