Le blog de Christophe Delaigue, prêtre à Grenoble : homélies, cinéma, lectures…

Silence du chœur

Silence du chœur

Mohamed Mbougar Sarr est un auteur prometteur. Je le crois vraiment. Il a d'ailleurs reçu le Prix Goncourt pour son dernier roman – même si ce n'est pas celui que j'ai préféré. En tout cas au fil de ces pages de ce roman-là – qui est son deuxième – je me redisais cela : oui on sent un grand auteur en puissance. Ceci étant, pour moi c'est son premier – Terre ceinte – qui reste son meilleur ; vraiment.

Dans ce deuxième roman, Mohamed Mbougar Sarr nous plonge dans la vie de ces hommes et ces femmes qui fuient leur pays et qui tentent de trouver une vie meilleure ici chez nous en Europe. Avec leurs rêves, leurs désillusions, leurs peurs, l'accueil qui leur ait fait par certains, mais aussi la violence voire la haine à laquelle ils vont être confrontés.

Je n'ai pas toujours aimé le style un peu « décousu » ou différent d’un chapitre à l’autre, ni même quelques passages un peu « clichés » sur les « pour » ou les « contre » à l'accueil de migrants, mais quand même, c'est intéressant, et certains chapitres ont une certaine puissance littéraire. C'est intéressant, oui, et ça vaut le coup. En tout cas de la belle littérature prometteuse.

Concrètement, nous sommes dans un petit village de Sicile où une association tente d'aider des migrants qui échouent là et leur permettre d'avoir des papiers et de trouver un travail. L'attente est difficile pour eux tous, il va y avoir de la désillusion de part et d'autre, et de la violence dans ce petit village dont la vie s'en trouve assez troublée. On suit les uns et les autres, on vit dans l'attente de ces papiers qui ne viennent pas et on se retrouve comme suspendus aux intérêts de certains qui ont le pouvoir de « faire la pluie et le beau temps », comme on dit.

Et c'est intéressant, je le redis, c'est même plutôt un bon roman – ma « réserve » vient du fait de ce que j'évoquais un peu plus haut, du style pas très unifié et du côté un peu « clichés » de certains passages ou de la mise en mots de certaines positions face au phénomène migratoire... Mais quand même, je recommande ! Un auteur à suivre !

--------------

Mohamed Mbougar Saar, Silence du chœur, Présence africaine éditions, janvier 2022 (1ère publication 2017), 569 pages (format poche), 10€.

Retour à l'accueil
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :