Mapuche | Caryl Férey

Publié le par Christophe Delaigue

 

Après Paz, par lequel j'ai découvert cet auteur, voici Mapuche, du nom d'une tribu indienne d'Amérique du Sud, en l'occurence d'un coin du territoire de l'Argentine.

C'est Jana qui est mapuche, qui a quitté les siens pour Buenos Aires où elle est sculptrice. Avec elle et ses amis d'infortune nous nous retrouvons plongés dans le monde de la nuit de la capitale argentine, dans ce pays qui essaie de se remettre de ses années sombres et terribles de dictature. Ce monde de la nuit c’est celui de la drogue, du sexe, des règlements de comptes qui peuvent virer au viol ou au meurtre, un milieu de luttes où il faut apprendre à survivre...

Avec elle, Jana, nous allons rencontrer Rubén, qui a côtoyé l'horreur de la torture et des camps, qui y a laissé son père et sa petite soeur. Et qui s'est enfermé dans une sorte de mutisme protecteur : il refuse de raconter à sa mère ce qui s'y est passé. Elle fait partie, elle, de ce mouvement de femmes qui tous les jeudis défie le pouvoir sur la Place de Mai et qui réclament le retour de leurs enfants disparus. Il ne veut pas raconter mais veut se battre au service de la vérité et de ces familles.

Leur chemin se croisent pour une enquête qui n'est pas sans dangers ni violences. Et pour nous lecteurs il faut avoir le coeur et les tripes bien accrochés ! Âmes sensibles, s’abstenir...

Le roman est dense, par certains aspects un peu complexe car il y a beaucoup de personnages et de croisements dans l'histoire et avec le passé, pour que le puzzle s'assemble peu à peu. Un roman terrible, violent, mais qui m’a tenu jusqu’au bout et qui est visiblement bien documenté – sur cette page tellement sombre de notre histoire récente, celle de la dictature en Argentine, et sur la période qui a suivi...

--------------

Caryl Férey, Mapuche, folio policier, mars 2016 (Gallimard, 2012), 549 pages (format poche).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :